Cuisine : Pièce de vie à part entière

Ce projet fait oeuvre dans une maison des années 70 où les espaces de vie sont à l’étage. L’idée est de déplacer la cuisine actuelle pour gagner cet espace et créer ainsi le salon. La cuisine se retrouve donc dans l’ancien salon, à proximité de la terrasse.

Une cuisine presque ouverte

Ici, l’idée est de créer une cuisine fermée pour ne pas être dérangé par les odeurs de la cuisine. Mais le point phare est de laisser passer la lumière. Ainsi, les portes sont des portes ateliers verrière et on appose une verrière vers le salon/séjour. L’espace apparait donc à l’oeil et les limites n’en sont donc que minimes. L’espace parait vaste et dégagé. De plus, Les meubles bas gris clairs, les meubles hauts blanc, le plan de travail gris moyen et l’ensemble des murs et sols blanc permettent de laisser entrée la lumière et rendre l’ensemble plus lumineux.

Monochromie et dissimulation

Mots d’ordre ? Sobriété et qualité. Tout se décline dans la même palette de couleurs. Et cette monochromie ne concerne pas seulement les teintes. On la retrouve aussi dans le type de matériaux, que l’on choisit de même nature, ce qui permet d’éviter les joints trop visibles, véritables « casseurs » de lignes.

Circulation, monochromie, légèreté… et dissimulation. Tout cela participe à l’aspect épuré des cuisines actuelles. D’un seul regard, l’occupant embrasse le contenu. Quant aux armoires du haut, on leur donne plus de profondeur pour que tout puisse rentrer…

Unité

Le salon/séjour s’inscrit dans la même ligne. Du blanc et des gris clairs, les meubles jouent le rôle principale de la décoration. Point fort et mis en avant : le nouveau poêle à bois. Celui-ci arbore un caisson en pierre gris foncée, lui-même étant noir. Le tout pour un espace très clair mais cosy.